L’impact des réseaux sociaux sur les puissances mondiales

C’est en ce jour décisif en outre Atlantique que l’agence IRIS Community Management a trouvé bon de parler de l’importance de la portée des réseaux sociaux dans notre société.

Il est clair que les personnes qui émettent un petit gloussement accompagné d’un rictus lorsque vous vous présentez comme community manager n’ont rien compris sur la véritable puissance des réseaux sociaux.

face_cachee_des_reseaux_sociaux

Ces mêmes réseaux sociaux sur lesquels « Mr. Odessudetou » ira exposer ses plus belles soirées alcoolisées, ses opinions politiques affirmées…. Au final, en prônant fièrement ce que monsieur est et fait, il se retrouvera comme tous les autres, c’est-à-dire fiché dans les bases de données des réseaux sociaux.

Au jour d’aujourd’hui, même si le métier de community manager reste encore selon nous méconnu, les grandes entreprises ont quant à elles bien compris l’enjeu de s’exposer sur les réseaux sociaux et le web.
En effet, en imposant la présence de leur marque aux yeux des internautes, ils veillent à leur e-réputation et font clairement de l’ombre aussi à la concurrence. Tout… tout mais alors tout est une histoire de business.

Pourquoi faire une chaine Youtube sur la marque d’un soda mondialement connu, pourquoi lancer un jeu concours sur Facebook ? Toutes ces stratégies sont mises en place pour analyser le profil des followers et abonnés, comprendre leur psychologie et arriver à vendre plus TOUT simplement.

Comme tout est business justement, pourquoi les politiciens ne joueraient-ils pas de ces DATA MINING à des fins politiques bien sûr ?
Il faut savoir que lors de la campagne américaine, des tests de personnalité circulaient sur les réseaux sociaux afin de permettre aux candidats de connaitre davantage leur auditoire et mieux cibler leurs discours. Dire ce que l’électeur a envie d’entendre : s’assurer une place à la Maison Blanche !

Le réseau Twitter est l’un des réseaux sociaux les plus influents en termes de base de données. Chaque tweet pourrait être observé et analysé selon un algorithme précis.
D’ailleurs, ces deux derniers jours, il s’avère que l’accès au compte Twitter de Donald Trump lui a été formellement interdit… N’est-ce pas hallucinant de craindre de nouveaux débordements verbaux de l’homme politique ? Un mot de trop et cela pourrait faire basculer le vote de milliers de personnes.

Il est clair qu’à l’heure de la digitalisation, des personnes en masse voguent sur la tendance « connected » tandis que d’autres réfutent cette appartenance à la toile des réseaux sociaux. Mais la liberté suprême ne serait-elle pas celle de se mettre en aparté du monde et de ses technologies ?