Un community manager se doit de veiller à son image

Après l’accalmie de l’été et une rentrée sur les chapeaux de roues, nous avons décidé de discuter du sujet qui est le suivant : « Comment se vendre quand on est community manager » ?

Le terme de « vendre » est loin d’être exagéré puisque en tant que gestionnaire social media, il est clair que les personnes étant à la recherche de celui ou celle qui devra représenter sa structure sur les réseaux sociaux, voudra connaitre vos références.

Ne vous embêtez pas longtemps sur la forme que devra prendre votre CV… ça sera du temps perdu d’avance. En effet, ce qui va importer le plus aux professionnels, c’est observer vos références, voir ce que vous avez proposé et fait pour les autres. En résumé, votre identité « social media » va être recherchée.

Comment se vendre en tant que community manager

Comment se vendre en tant que community manager ?

Aussi, si vous prenez l’envie de répondre à une annonce de community manager pour une entreprise, n’oubliez pas que la lecture de votre CV sera une mise en bouche pour le recruteur. Les façons de faire des recruteurs ont aussi bien évolué. Une fois votre CV rapidement parcouru, ces derniers iront directement rechercher sur Google votre nom et voir quelles données en découlent.

Et là, stupeur…. Au mieux, rien de bien croustillant ! Au pire : des photos de vous dans des situations bien cocasses lors de soirées étudiantes.
En tant que community manager, vous devez soigner votre image sur les réseaux sociaux ou bien si cette image est décalée : l’assumer !
En tant que professionnel dans ce domaine, vous vous devez de vous y connaitre dans les paramètres de sécurité et être maitre de votre image à 99%. Vous ne pouvez pas sermonner vos prospects sur l’importance de leur e-réputation sans prendre en main votre image à vous.

La qualité de votre image sera donc observée et la quantité aussi. Il est clair que vous vous devez d’être présent sur les réseaux sociaux influents : Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram…. Mais bien souvent, ce sont les « cordonniers qui sont les plus mal chaussés ».
Sans se mentir, lorsque vous vous lancez dans cette activité et que vous êtes dans cette optique de prospection, à la recherche des clients, vous êtes au top, sur tous les fronts : en veille sur Social Share, tweet à la minute pour partager en temps réels la dernière nouveauté de Facebook ou bien à poster une photo avec le filtre adéquat de votre tasse « I need a Coffee » devant votre écran…

Mais ça c’était avant car, une fois que le travail est enfin là, que les clients sont satisfaits et que le travail s’accumule… soyons honnêtes, vous allez optimiser tout votre temps pour briquer la vitrine du voisin plutôt que la vôtre.
Dans un altruisme égoïstement assumé, vous allez donner votre temps pour l’autre !

Votre identité visuelle sur les réseaux va alors en pâtir. Une absence qui n’est pas négative en soi mais qu’il faut clairement assumer afin de rassurer ceux qui consulteraient votre profil. Au lieu d’écrire de votre plus belle plume un article sur un sujet qui vous tient à cœur, communiquer en toute fierté sur vos projets professionnels : lancement du compte Instagram pour la marque « Yabon » !
Il n’y a pas de honte à être demandé… occupé… débordé… à vous de faire attention à ne pas être surmené ! La course après le temps est parfois bien compliquée et vous pourriez en perdre beaucoup.